NOUVELLE ÉDITION, REVUE ET AUGMENTÉE, D’UN MANUEL D’INSTITUTIONS EUROPÉENNES

Publié le par Paul NASIN

L’excellent Manuel d’institutions européennes (1) du Professeur de droit public Michel Clapié (Université de Montpellier I) vient de faire l’objet, en janvier 2010, d’une réédition, à jour du traité entré en vigueur le 1er décembre 2009 : celui de Lisbonne.

 

En 2007, Sylvie Goulard, élue Modem au Parlement européen, croyait judicieux de publier un ouvrage qu’elle voulait « engagé » en même temps que pédagogique : L’Europe pour les nuls (2). Celui-ci, « bréviaire assenant dogmes et mythes afin de favoriser l’adhésion au processus d’intégration ou plutôt au seul processus d’intégration possible » (3), ne s’est à ce jour vendu, selon Le Monde Diplomatique (4), qu’à environ 14 000 exemplaires.

Le Manuel de Clapié, récemment réédité et mis à jour, fera-t-il mieux ? Ce n’est – hélas – pas dit. Pourtant, il mériterait un certain engouement de la part des foules. En effet, tout aussi engagé (5), sinon plus, que l’ouvrage de Goulard, il n’en comporte aucune des tares : suffisance, mépris, imprécision, superficialité. Probablement parce que Clapié n’est pas du genre à prendre ses lecteurs pour des « nuls », mais, bien au contraire, à leur expliquer, non sans clarté et rigueur, des choses a priori compliquées : l’histoire (première partie du livre) et le fonctionnement actuel (seconde partie) de l’Union européenne.

Si le Manuel de Clapié mériterait de figurer en bonne place dans nombre de bibliothèques, ce n’est pas seulement parce qu’il sera d’un grand secours pour tous ceux qui  désespèrent de comprendre un jour quelque chose au « Machin Europe ». C’est aussi parce qu’il fait partie de ces ouvrages qui ont la rarissime faculté de conduire le lecteur à s’interroger (sur la construction européenne), d’amener ce dernier à méditer certains de ces mots que nous croyons tous connaître et dont nous ignorons bien souvent le sens exact : « souveraineté » (pp 25-28), « Etat » (p 67), « frontière » (p 148), « politique » (pp 162-167), « peuple » (p 225-226), « démocratie » (pp 227-228). 

Après, ce n’est malheureusement pas parce qu’un livre est excellent qu’il est lu…

Quoi qu’il en soit, qu’il soit ou non destiné à un succès de librairie, nous ne pouvons que vous recommander, sinon son achat, du moins sa lecture. D’autant plus qu’il comporte, en fin de volume, un  très intéressant « glossaire critique » (pp 365-419) et une belle bibliographie (pp 421-426).

 

 

PAUL NASIN

 

(1) Michel CLAPIÉ, Manuel d’institutions européennes, 3ème édition, Flammarion, coll. « Champs Université », (2003) 2010, 14 €

(2) Sylvie Goulard, L’Europe pour les nuls, First, 2007, 22 €

(3) Gaël BRUSTIER, « Ce que parler aux ‘’nuls’’ veut dire », Le Monde diplomatique, octobre 2009, p 28

(4) Ibid.

(5) Michel Clapié est notoirement gaulliste et souverainiste.

Commenter cet article