L’EUROPE PAR LE MARCHÉ ?

Publié le par Lionel ROUVE

Parmi la masse de livres publiés chaque année, nombre n’auraient pas du l’être et sont tout juste bons à être mis au pilon. D’autres, en revanche, méritent d’être lus et longuement médités. L’Europe par le marché, de Nicolas Jabko (1), directeur de recherche au CERI (2), relève assurément de la seconde catégorie.

 

Si « l’unification européenne des années 1980 et 1990 est souvent perçue comme la simple reprise en accéléré de la construction institutionnelle et économique qu’avaient amorcée les pères de l’Europe dans les années 1950 », Nicolas Jabko, dans son convaincant ouvrage, prend très clairement ses distances avec une telle opinion et propose une toute autre lecture de la  relance européenne par le marché des deux dernières décennies du XXème siècle, à l’origine selon lui d’une « révolution tranquille de l’Union européenne »

 

Pour Jabko, en effet, cette relance apparaît non pas comme une simple manifestation du tournant libéral des années 1980-1990, mais bien plutôt comme « le produit d’une stratégie politique innovatrice imaginée par un acteur institutionnel bien identifiable – la Commission européenne – qui, à un moment charnière de la construction européenne, a exploité le marché pour compenser les faiblesses de ses prérogatives ». Et, à lire Jacques Delors, qui expliquait dès 1994 (3) qu’il avait dû se « rabattre sur un objectif pragmatique correspondant aussi à l’air du temps, puisque à l’époque il n’était question que de dérégulation, de suppression de tous les obstacles à la compétition et au jeu du marché », cela est plus que plausible.

 

Cette stratégie, qui a permis la création du marché unique et de l’euro, peut-elle encore servir, au XXIème siècle, à la construction européenne ? Pour Jabko, qui se demande si dès le départ on n’a pas fait une erreur en se fondant sur cette stratégie reposant sur le pouvoir de séduction du marché, une chose est sûre : à supposer que l’Union européenne ne soit pas encore entrée dans une phase de décomposition progressive, la méthode qui a fonctionné dans les années 1980 et 1990 pour faire avancer la construction européenne doit être fondamentalement révisée.

 

Un tel changement de cap suffirait-il alors à sortir l’Union de l’impasse dans les dirigeants de ses Etats l’ont engagée ? Rien n’est moins sûr. Ce qui l’est en revanche, c’est que le pire, lui, n’est guère plus certain…

 

 

 

LIONEL ROUVE

 

 

(1)   L’Europe par le marché. Histoire d’une stratégie improbable, Presses de Sciences Po, 2009, 288 p, 28 €

(2)   Centre d’études et de recherches internationales de Sciences Po.

(3)   Jacques Delors, L’unité d’un homme. Entretiens, Odile Jacob, 1994, p 220.

Commenter cet article